Déontologie

Qu’est-ce qu’un psychologue ?

Le psychologue est un expert du soin psychologique, de la relation humaine et du comportement humain. Il traite les personnes souffrantes de troubles psychologiques légers ou plus importants. Il aide en toute confiance et confidentialité la personne à atteindre un meilleur confort de vie, et ce de façon durable.

Un psychologue a validé un Master II Professionnel de psychologie. Il a des compétences psycho-thérapeutiques générales et est habilité a recevoir les personnes en souffrance psychique et relationnelle. Il ne peut prescrire comme le médecin psychiatre mais accompagner, faire du soin psychique.

Le titre de psychologue est protégé car la formation universitaire est reconnue. Le psychologue possède de ce fait un numéro ADELI enregistré à l’Agence Régionale de Santé (ARS) de son lieu d’exercice professionnel, garantissant l’authenticité de ses diplômes et son droit d’exercer.

La loi du 25 juillet 1985 impose aux psychologues le respect d’un code de déontologie. « Le respect de la personne humaine dans sa dimension psychique est un droit inaliénable. Sa reconnaissance fonde l’action des psychologues. »
Le psychologue est tenu au secret professionnel, fondamental afin d’établir une relation de confiance.

Les grands principes du psychologue :

Il n’est pas là pour juger, faire la leçon. Il reste neutre et objectif afin d’aider le patient, quel que soit son passé. Certains événements du passé, certaines conceptions, pensées… peuvent être difficiles à exprimer, mais le psychologue n’est pas là pour faire la morale ou donner des bons ou mauvais points.

Le psychologue respecte la liberté du patient qui ne reçoit pas d’ordres et n’est pas obligé de tout dire. Si le psychologue possède certaines clés du changement et les met sur la table, seul le patient a la capacité de s’en servir.

Le psychologue propose une écoute attentive, empathique, bienveillante, respectueuse et dynamique. Il propose un espace de parole, un sas de décompression. Il peut tout entendre, quelle que soit la manière de s’exprimer du patient. Il le soutient dans ses difficultés et lui permet d’exprimer ce qui le ronge pour s’en libérer.

Le psychologue va chercher à s’adapter au mieux à la situation subjective du patient sans s’y identifier, c’est-à-dire en gardant une distance professionnelle.

Il propose une aide à la réflexion, pour repérer et analyser avec rigueur les difficultés et pathologies, mieux comprendre l’origine des symptômes.

Il propose un accompagnement efficace dans le travail sur soi, la mise en œuvre de solutions, d’un plan d’action pour surmonter les difficultés de façon durable, pour changer son regard sur soi-même et le monde…

Le psychologue peut proposer des conseils argumentés. Il peut également confronter à la réalité, nommer les choses avec le maximum de tact.

L’objectif est que le patient soit réellement autonome.

Les différents « psy » :

Le psychiatre est un médecin qui peut prescrire des médicaments. Il est plus habilité à recevoir les personnes ayant des troubles psychiques importants comme les psychoses. Après 6 ans de pure médecine, il s’est spécialisé pendant 4 ans en santé mentale.

Le psychothérapeute est souvent un psychologue ou psychiatre qui s’est spécialisé et affilié à une thérapie spécifique. Les trois thérapies les plus utilisées et reconnues à travers le monde sont :

- La thérapie systémique/familiale, qui prend en compte l’individu au sein de sa famille. Le thérapeute intervient pour aider le patient et son entourage à identifier les interactions problématiques et les comprendre ; ensuite, il les aide à réguler ces interactions.
Elle est assez adaptée pour les enfants/adolescents ainsi que pour les couples.

- La psychanalyse, qui permet de travailler en profondeur sur l’origine des troubles. Soucieuse du rythme du patient, elle est plus longue. Le patient travaille sur son conscient et explore son inconscient.
Elle est assez adaptée pour les personnes ayant de bonnes capacités d’introspection.

- La Thérapie Cognitivo-Comportementale (TCC) est plus brève et pragmatique. Elle s’attaque aux difficultés concrètes du patient par des exercices pratiques centrés sur les symptômes observables au travers du comportement. Le patient travaille sur ses processus mentaux ou cognitifs considérés comme à l’origine des émotions et de leurs désordres.
Elle est assez adaptée pour les personnes cherchant à éliminer un symptôme  gênant sans effectuer un travail long et en profondeur.

 

La profession de psychothérapeute est aujourd’hui réglementée, il est déconseillé :

 – De voir un psychothérapeute non psychologue ou psychiatre.
– De commencer une
psychothérapie non reconnue.
 – De consulter un psychothérapeute sans numéro ADELI.